Près de 500.000 hectares au niveau national sont consacrés à l’oléiculture, selon les statistiques du ministère de l’agriculture et du développement rural et de la pêche.

La politique suivie par le secteur en matière de développement de la production oléicole dans le pays, a permis d’obtenir des résultats positifs dans cette filière, permettant de faire passer de 150.000 hectares en 1999 à 500.000 hectares les surfaces consacrées à l’oléiculture actuellement et la réalisation d’une production avoisinant les 90 millions de litres d’huile d’olive annuellement, un volume appelé à augmenter au vu la dynamique qui anime le secteur.
Un conseil des professionnels de la filière oléicole qui compte tous les opérateurs de ce domaine,  est en phase d’installation et permettra une amélioration rapide du rendement de cette filière, à travers l’accompagnement, la formation, le recours aux techniques modernes de production sans sacrifier la préservation des huileries traditionnelles, outre la création d’un label pour l’huile d’olive et l’huile de table pour faciliter la commercialisation du produit algérien sur les marchés externes.
Les agriculteurs sont appelés à élargir les superficies consacrées à l’oléiculture et les investisseurs à s’orienter vers les activités de transformation, outre les efforts à accomplir en matière d’organisation des opérations d’irrigation sur des bases scientifiques, l’utilisation de technologies de pointe dans le domaine oléicole et de techniques modernes de conservation et de stockage. Il s’agit également d’étendre le développement de cette filière vers les Hauts Plateaux et le Sud en vue d’augmenter la production et d’encourager l’exportation.