Ce qui était dans l’air, vient de se concrétiser. En effet, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné le gel des décisions d’affectations des réserves foncières agricoles destinées à la création de nouvelles exploitations agricole et d’élevage, notamment les fermes pilotes associant des partenaires privés, en attendant l’élaboration d’un nouveau cahier des charges déterminant les conditions d’accès à ces réserves foncières agricoles du domaine national. Cette ouverture des fermes pilotes aux investisseurs privés a profité essentiellement à des industriels, une opération dont certains ont dénoncé l’opacité, faisant naitre le doute quant aux véritables intentions de ces « nouveaux fermiers ».