La capacité de production d’acier du pays devrait augmenter d’environ 7 millions de tonnes d’ici la fin de 2020, ce qui entraînera une fin quasi totale des importations de billettes.
 
Les fournisseurs d’acier semi-finis de la CEI seront les plus touchés par ces changements, en raison de la fourniture de la plupart des volumes de billettes expédiés vers ce pays.
L’un des principaux projets sidérurgiques en Algérie est l’extension des capacités de production d’acier à Tosyali Algérie, basée à Oran, de 1,25 million de tonnes à 3,55 millions de tonnes, qui a été finalisée ce printemps. La filiale de Tosyali Holding en Turquie a également augmenté sa capacité de laminage longue en acier – passant de 900 000 tonnes en 2013 à environ 3 millions de tonnes en 2017, produisant principalement des barres d’armature et des fils machine. Tosyali Algérie espère également mettre en service une usine DRI de 2,5 millions de tonnes et une usine de bouletage de 4 millions de tonnes d’ici la fin de 2018, selon des sources.
Un autre meltshop, avec une capacité de production de 2 millions tonnes annuelles d’acier brut, devrait être mis en service au premier trimestre de 2019 à Qatari Steel (AQS), une joint-venture entre Sider (51%) et Qatar Mining International (49%). Avec le meltshop, le producteur prévoit de construire une usine DRI de 2,5 millions de tonnes, une usine d’armatures de 750 000 tonnes et une usine de fil machine de 500 000 tonnes. Actuellement, AQS exploite une usine d’armatures de 750 000 tonnes, installée en octobre 2017.

En outre, la production d’acier devrait redémarrer à El Hadjar Steel Complex d’Annaba en 2020. En avril, le gouvernement algérien a conclu un accord pour vendre une participation de 49% dans le complexe d’acier aux Émirats arabes unis.  Le développement du site d’El-Hadjar comprendra la mise en place d’une installation de production de fer à réduction directe (DRI) de 2,50 millions de tonnes annuelles à l’horizons 2021. Emarat Dzayer espère également installer un four à arc électrique de 1,50 million de tonne par an afin de fabriquer des produits semi-finis en acier tels que billettes et blooms. La date d’achèvement est  prévue pour avril 2020. L’entreprise prévoit également acquérir un laminoir de 600 000 t / an pour produire des profilés moyens et lourds de 80 à 320 mm, qui sera également achevé en avril 2020.