Le comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques dans la wilaya de Bejaia a organisé  lundi une marche de soutien au projet d’usine de tritutation de graines oléagineuses dont les équipements ont été refoulés par deux fois par l’autorité portuaire qui a refusé leur débarquement  à quai.

L’Entreprise portuaire de Bejaia, EPB, justifie son opposition par le fait que Cevital ne dispose plus d’assiette foncière pour réaliser son usine à l’intérieur de l’enceinte du port, celle qui lui avait été accordée dans ce cadre ayant été consommé auparavant dans l’érection de silos à grains, non prévus à l’origine quand le patron de Cevital, Issad Rebrab, a bénéficié d’une assiette foncière comprenant l’actuel complexe de production de sucre et d’huile.
Le comité, qui a réussi à mobiliser plusieurs centaines de personnes, soutenu dans sa démarche par des associations, des syndicats et des partis politiques, outre le collectif des travailleurs de Cévital, juge « illégale » la décision du PDG de l’EPB, Djelloul Achou, dont il demande également la tête.
La marche a pris son départ du complexe de Cevital, avant que les manifestants se rassemblent au niveau du siège de la wilaya, où les orateurs se sont succédés pour dénoncer cette situation de blocage qui pénalise, plus que le groupe Cevital, toute la région de Bejaia en rejetant la création de milliers d’emplois dont la population a besoin. Ils ont également fustigé l’ostracisme dont est victime la wilaya de Bejaia sur le plan économique, relevant que tous les projets structurants dont elle avait bénéficié ont été gelés ou à l’arrêt
Le comité a également tenté de remettre une lettre destinée au Premier ministre, dans laquelle il fait part de son inquiétude et lui demande son intervention pour régler cette affaire, mais ses représentants ont essuyé un refus de les recevoir personnellement de la part du wali de Bejaia.