Ce n’est pas une surprise, mais une donnée structurelle : l’Algérie dépense énormément d’argent pour simplement sustenter sa population. Ainsi, pour 11 mois de l’année 2018, sa facture alimentaire s’est élevée à 7,84 milliards de dollars, portée par seulement 8 types de produits que voici :

Céréales, semoules et farines  
 2,84 millions
Lait et dérivés  1,29 millions
Sucres et sucreries   771 millions
Tourteaux et résidus de soja  587 millions
Légumes secs   301 millions
Café et thé  342,5 millions
Viandes  168,5 millions
Huiles alimentaires  912,6 millions

Si pour le café et le thé, il ne semble pas y avoir une quelconque chance de réduire les montants alloués, l’Algérie restera un importateur net, par contre il est grand temps de stimuler sérieusement le secteur agricole pour que ces milliards profitent d’abord aux producteurs nationaux au lieu de soutenir l’agriculture des pays fournisseurs.

Le gros des efforts est à consentir dans la production des céréales, du lait, du sucre, huiles et tourteaux.