L’EPE Bejaia Liège, après un moment d’espoir, retombe dans un marasme qui risque de l’effacer du paysage économique de la wilaya. En effet, selon nos sources, le PDG de l’entreprise, Mohamed Himrane a démissionné de son poste, qu’il tenait depuis cinq années.

La demande de démission de M. Mohammed Himrane

La demande de démission de M. Mohammed Himrane

La décision prendra effet dans les prochains jours, sans que le groupe ait encore pu lui trouver de successeur. Les premiers candidats approchés, effrayés par la situation catastrophique dans laquelle se débat désespérément l’entreprise, se sont vite désistés.

L’EPE Bejaia Liège ne souffrait pas d’un déficit managérial. Mohamed Himrane faisait l’unanimité parmi les cadres du groupe et était apprécié des travailleurs de l’entreprise qu’il a réussi à sortir de son coma après avoir échappé in extremis à la liquidation, et lui donner des perspectives de développement.Graduellement remise sur pied, Bejaia liège a renoué avec l’activité sur un marché de l’isolation pourtant devenu quasiment fermé aux panneaux d’isolation en liège, en raison de la concurrence de produits industriels (à base de polystyrène ) moins performants mais moins coûteux.

Cette reconquête de ses parts de marché, exportant même vers plusieurs pays une partie de sa production, lui a permis de sauvegarder les emplois et de percevoir les premiers résultats du redressement de sa situation financière. Mais l’année 2018 ne se présenta pas sous les bonnes auspices et les difficultés commencèrent à s’accumuler. L’entreprise faisait, en effet, face à une réduction insupportable de ses approvisionnements en liège brut, sa matière première, mais également à des défaillances répétés de ses équipements, qui datent de l’époque de Charlie Chaplin.

La tutelle a bien été alertée de toutes les contraintes dont souffrait l’unité de production et un plan d’équipement accompagné des mesures à prendre lui a été soumis. Il était même question d’une délocalisation au sein de la zone industrielle d’El Kseur, avec la construction d’une usine dotée d’équipements modernes. Mais aucune décision n’est venue conforter cette tentative de sauvegarde de la dernière chance. La dégradation a été telle que, le PDG de Bejaia Liège, Mohamed Himrane a du prendre la décision de mettre, au mois de juillet passé, en congé d’office la majorité des travailleurs de l’entreprise, paralysée par la panne de sa chaudière, un équipement vital pour le fonctionnement de l’usine.

Selon les informations recueillies, la décision de l’actuelle PDG de jeter l’éponge est moins l’accumulation des contraintes, qui peuvent être levée par un effort de la tutelle, que le climat délétère qui s’est installé à la faveur des méthodes peu orthodoxes et encore moins managériales nouvellement instaurées au sein du groupe.

Dans tous les cas de figure, si des dispositions rapides ne sont pas prises, l’usine risque de mettre la clef sous le paillasson. Bejaia Liège ne méritait certainement pas ce sort après ces années d’efforts consentis par les travailleurs pour sauvegarder un outil de travail qui permet, tout de même, au pays de valoriser un produit national, naturel et facilement exportable. Pour rappel, l’EPE Bejaia Liège a, en fait, été créée en 1933, puis nationalisée en 1964 et intégrée à l’ex SNLB (Société nationale des lièges et bois). Spécialisée dans la fabrication de panneaux d’isolation en liège.