En visite dimanche passé dans la wilaya de Bejaia, le ministre du tourisme et de l’artisanat, Abdelkader Benmessaoud, a fait passer un petit vent d’optimisme. Mais c’est du vent, quand même.

Il a encouragé les porteurs de projets à investir et les autorités à faciliter la tâche aux privés, en promettant à ces derniers que bientôt les difficultés qu’ils rencontrent seront aplanis grâce aux nouvelles mesures que sont département prépare. Idem pour la wilaya de Bejaia, dont il a vanté, comme tous les ministres qui font une petite escapade dans les environs, sa culture, son histoire et ses paysages et son potentiel touristique, sans que cela ne lui coûte qu’une vague promesse de faire du tourisme une locomotive du développement de la wilaya, assurant qu’une stratégie est en confection dans les bureaux de son ministère.
Ces belles paroles mises à part, le ministre a visité au cours de son programme plusieurs établissements en cours de réalisation, et quelques autres déjà fonctionnels, qui promettent d’ajouter plus d’un millier de lits aux capacités d’hébergement de la wilaya et de créer environ 500 emplois dans le secteur.
L’hôtel des Hammadites participe à cet effort grâce à un projet de réhabilitation et d’expansion qui ambitionne de redonner son lustre à cet établissement.Mais surtout, le ministre a soigneusement évité les questions qui fâchent, comme le blocage des zones d’expansion touristiques, les nuisances à l’ordre public que les établissements hôteliers provoquent, atteintes à au foncier, au littoral et à l’environnement, etc.

Bref, c’était un petit tour et puis s’en vont. Il est parti comme il est venu et n’a même pas laissé un petit os à ronger, en attendant Godot.