François Lacombe, DG de Danone Algérie, dans une interview publiée le 27 juin par  la revue Binatna, que publie l’ambassade de France à Alger, a jugé très positif le bilan de son entreprise depuis son implantation en Algérie, il y a 15 ans.
« Nous sommes aujourd’hui le deuxième acteur de cette catégorie sur le marché local avec 30% de parts de marché. Nous produisons 100% de nos produits localement dans nos usines d’Akbou et de Blida. Nous hébergeons 1200 collaborateurs et avons développé un réseau de 1500 fermiers sur 17 wilayas pour la collecte de lait. Nos partenaires de distribution emploient environ 1000 personnes. Cela représente un écosystème de 5000 à 6000 personnes travaillant pour Danone. Je rajouterais que nous avons investi, sur les 3 dernières années, 110 millions d’euros. Investissements que l’on doit considérer comme un gage de confiance en notre avenir ici ».
Outre les aides pour permettre à l’éleveur de disposer des outils et des fonds nécessaires au développement de son activité, Danone travaille, précise-t-il, « en partenariat avec des céréaliers et des chercheurs sur la réduction des coûts imputés à l’alimentation du bétail, en remplaçant les additifs alimentaires importés par une avoine locale pluviale », et les premiers résultats des projets pilotes lancés montrent une  «  réduction de coûts de 40% et une amélioration des revenus des fermiers de 70% ».
Par ailleurs, Danone développe deux principaux projets sociaux en Algérie, H’lib Dzaïr et Danone Nations Cup. Le premier, co financer par le fonds Danone « ecosystème » concerne la meilleure façon de structurer la filière lait, tandis que le second, Danone Nations Cup, est  un grand tournoi sportif auquel participent 100.000 enfants. Les meilleurs joueurs représentent leur pays au tournoi mondial.