Le ministère de l’Industrie et des Mines s’est réjouit dans un communiqué de presse rendu public mercredi, que les récentes mesures prises par le ministre, Mahdjoub Bedda, « ont eu un impact immédiat sur les prix du sac de ciment ».
Ces mesures consistent principalement en la mise à la retraite de quelques responsables de groupes publics, ce qui a commencé à régler quelques problèmes notamment liés à la spéculation. 
« Ces changements ont réduit sensiblement la spéculation qui régnait sur la marché .En effet, le sac de ciment se vend entre 500 et 700 DA l’unité, affirme le communiqué, contre 1000 DA en moyenne durant presque toute l’année 2016 ».  
Cette tendance baissière s’affirmera davantage, assure le ministère, une fois définis avec exactitude les problèmes de cette filière par le groupe de travail installé à cet effet par le ministre, dont les conclusions permettront de placer dans  « une nouvelle dynamique » le Groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA)
Pour lutter contre la spéculation, une autre mesure prise consiste en la mise en place d’une charte des clients pour régir la relation entre les entreprises de ciments et leurs partenaires.
Cette nouvelle stratégie de contrer la spéculation, a été annoncée lors des journées portes ouvertes organisée par le groupe GICA à Chlef, dans une cimenterie, l’ECDE de Chlef, qui a connu des dysfonctionnements dans la distribution de ce matériau ayant privé les entreprises locales de leurs quotas de ciment depuis décembre 2016, ce qui a conduit au limogeage de son  PDG par le ministre en juin passé.
Le Groupe GICA compte augmenter sa production à 20 millions de tonnes/an de ciment à l’horizon 2019-2020 grâce aux projets d’extension de trois cimenteries et le lancement de deux nouvelles usines. Il s’agit des projets d’extension des cimenteries de Chlef, d’Ain El Kbira et de Zahana, et du lancement de deux nouvelles cimenteries à Sigus (Oum El Bouaghi) et à Béchar.