Face à la lenteur de la mise en service de la nouvelle entreprise de collecte et de gestion des déchets ménagers, BougieNet, récemment créée, le wali par intérim a pris la décision d’autoriser l’APC de Bejaia à renouer contrat avec les entreprises privées pour assurer cette tâche.

La mise en fonction de BougieNet reste encore pendante en attendant la finalisation de son dossier, actuellement au niveau de la trésorerie communale pour l’admission en dépenses d’un montant estimé à 70 milliards de centimes. Cette subvention avait été accordée par voie de délibération de l’APC de Bejaia au profit de l’EPIC et avait été approuvée par la wilaya et visée par le contrôleur financier.

Le président de l’APC de Béjaia, Hocine Merzougui, qui a signé une convention pour restituer graduellement ce montant, a même eu recours à une réquisition pour accélérer la procédure, mais sans suite positive. Les équipements acquis stagnent depuis 3 mois au niveau du parking et l’hygiène s’en ressent dans la majorité des quartiers de la ville.

Chacun se pose la question des raisons de ce blocage, d’autant que la gestion par le recours aux opérateurs privé n’a jamais donné de résultats probants et que personne n’a oublié les bizarreries, d’ailleurs dénoncées, d’un marché qui devait être conclu avec un « investisseur » privé, ni l’offre pourtant interessante mais écartée de Cevital.

A Bejaia les déchets ménagers ne sentent pas seulement mauvais mais ont, en plus l’odeur de l’argent sale.