Le Comité citoyen de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques dans la wilaya de Bejaia (CCSTCIE) a rendu public une déclaration, d’ailleurs placardée sur tous les murs de la ville, dans laquelle il s’élève contre un projet de partenariat conclu entre l’APC de Bejaia et le Club 92, une association patronale franco-algérienne, pour le nettoyage et la collecte des déchets.

 
Outre le fait que ce partenariat avec le Club 92 ait été validé « sans prospection ni consultation ni avis d’appel d’offre et donc sans respect aucun des règles de la concurrence des marchés publics », le comité dénonce le coût de la prestation qu’elle juge « surfacturé » comparativement à celui de la ville d’Oran.
Ainsi, pour Bejaia, l’offre du Club 92, pour une tonne de déchets, s’élève à 2.065,00 DA pour la pré-collecte (contre 1.000,00DA à Oran), la collecte est facturée à 5.534,00 DA contre 2900,00 DA à Oran et le balayage à 4.071,00 DA contre 1.738,00 à Oran. Le coût total de ces prestations s’élèvent à 11.670,00 DA par tonne à Bejaia contre 5.638,00 DA à Oran, soit un du simple au double. Le Comité a calculé que pour 60.000 tonnes, l’APC de Bejaia déboursera 70 milliards de centimes, contre 36,2 à Oran.
 
Le Comité rappelle par ailleurs que lors d’une réunion consacrée à l’hygiène, la santé et l’écologie, tenue le 4 mars passé, le groupe Cevital, à travers son président Issad Rebrab, avait offert « une perspective financière et organisationnelle de 100 milliards de centimes destinée à la mise en place d’une usine de traitement et de valorisation des déchets pour toute la wilaya de Bejaia et d’une station d’épuration ultra-moderne pour la ville de Bejaia », une proposition réitérée le 14 mars dernier lors d’une rencontre ayant réuni les élus et les responsables de Cevital qui ont également pris, à cette occasion,l’engagement de couvrir et aménager l’oued Seghir.