AGROBEJAIA

Site sur l'agroalimentaire de Bejaia

Agriculture :
Une production attendue d’environ 4,6 millions de tonnes de céréales

La production céréalière de l’Algérie devrait attendre un volume de 4,6 millions de tonnes en 2017, contre 3,3 millions de tonnes l’an dernier, selon une source au ministère de l’agriculture qui estime que la production de blé dur et blé tendre s’établira à un niveau légèrement supérieur à 3 millions de tonnes, et celle de l’orge à 1,5 millions de tonnes.

Un récent rapport du Département américain de l’agriculture (USDA) estimait la production attendue en 2017 à 3,5 millions de tonne, dont 2,5 millions de tonnes de blé dur et tendre. Il prévoyait , en conséquence, l’importation par l’Algérie de quelque 8 millions de tonnes de céréales.
L’Algérie a réservé quelque 3,5 millions d’hectares à la céréaliculture (contre 3,3 millions en 2016) dont 1,6 millions d’hectares pour le blé dur et 1,5 millions d’ha pour l’orge, destinée à l’alimentation animale.
Cette petite augmentation de la production est mise à l’actif d’une pluviométrie jugée convenable cette année. La production céréalière reste en effet fortement dépendante des aléas climatiques et accuse un rendement à l’hectare faible. En 2009, la production avait atteint un volume record de 6,1 millions de tonnes, mais n’a cessé depuis de dégringoler.
Malgré les efforts déployés pour développer la céréaliculture, l’Algérie demeure, après l’Egypte et l’Indonésie, l’un des plus grands importateurs de grains au monde, notamment de blé tendre, avec un volume annuel d’environ 5 millions de tonnes.
L’Algérie s’est tracé l’objectif d’être autosuffisante en blé dur à l’horizon 2019. Toutefois elle consomme principalement du blé tendre dont la culture est réduite en raison de son climat sec et de surfaces irriguées très réduites.